03 24 “Serai-je moi ?”


PRIÈRE INITIALE :.

Esprit Saint, nous avons besoin de Toi pour entrer dans cette prière et dans cette Semaine Sainte qui commence maintenant. Il m’a fallu beaucoup de temps pour commencer à lire l’Évangile d’aujourd’hui. C’était comme si une énorme vague s’approchait et que je n’étais pas prêt à la recevoir ! Ce sont des passages d’une grande intensité, dureté, cruauté… En même temps, ils sont le reflet d’un amour qui déborde et d’une beauté cachée, que seuls ceux qui se laissent inviter par Toi à partager de près Tes derniers moments peuvent saisir !

PAROLE DE DIEU Dans le silence, accueillons l’Évangile de la Passion selon Marc 14, 1 à 15, 47. Il restait deux jours avant la fête de la Pâque et des pains sans levain, et les chefs des prêtres et les scribes cherchaient un moyen de s’emparer de Jésus par ruse pour le faire mourir. Mais ils disaient : “Pas pendant la fête, pour qu’il n’y ait pas d’émeute parmi le peuple”. (…) Le soir étant venu, Jésus arriva avec les Douze. Pendant qu’ils étaient à table et qu’ils mangeaient, Jésus dit : “En vérité, je vous le dis, l’un de vous, qui mange avec moi, me trahira”. Ils commencèrent à s’attrister et à lui dire l’un après l’autre : “Serai-je moi ?” Jésus leur répondit : “C’est l’un des Douze, celui qui met la main avec moi dans le plat. (…) Ils chantèrent des psaumes et partirent pour le mont des Oliviers. Jésus leur dit : “Vous me trahirez tous, comme il est écrit : ‘Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées’. Mais après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée”. Pierre lui dit : “Même si tous te trahissent, je ne le ferai pas”. Jésus lui répondit : “En vérité, je te le dis, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois”. (…) Les chefs des prêtres portaient contre lui de nombreuses accusations. Pilate l’interrogea de nouveau : “Tu ne réponds rien ? Regarde de combien de choses ils t’accusent”. Mais Jésus ne répondit rien, de sorte que Pilate était étonné. (…) Pilate demanda : “Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?” Il savait que les chefs des prêtres l’avaient livré par jalousie. (Ils) excitèrent la foule pour qu’il leur relâche plutôt Barabbas. (…) Ils emmenèrent alors Jésus pour le crucifier. Ils réquisitionnèrent un homme qui passait, venant des champs, pour porter la croix (…) Et ils emmenèrent Jésus au lieu appelé Golgotha, ce qui signifie le lieu du Crâne. Ils voulaient lui donner du vin mélangé de myrrhe, mais il ne le voulut pas boire. Ensuite, ils le crucifièrent.

INDICATIONS POUR LA PRIÈRE

À plusieurs moments de ce récit, Jésus, nous voyons clairement l’intention de faire le mal, de trahir et de tuer, nous voyons l’envie qui était dans le cœur et les actions des gens, nous voyons la fragilité de ceux qui disent t’aimer puis t’abandonner, te nier et se disperser. Cela nous coûte de voir cela, mais cette tendance est dans notre cœur, parfois plus clairement, parfois plus discrètement. Et nous nous demandons comme Judas : “Serais-je moi ?” Nous te voyons répondre aux accusations et jugements avec silence et sérénité, répondant à la colère et à l’hostilité par le pardon, à la trahison et au déni par la tendresse et la miséricorde.

PRIÈRE FINALE Jésus, montre-nous la vérité de nos mauvaises intentions et, en même temps, l’amour avec lequel tu nous aimes, nous accueilles et assumes tout cela. Laisse-nous être aimés ! Fais-nous expérimenter qu’il n’y a aucun mal qui ne puisse être surmonté par ton amour.